les dispostifs du gouvernements pour l’amélioration du secteur de santé au maroc à l’horison 2035 :

La Commission spécialisée du Modèle de Développement a décortiqué le système de santé au Maroc d’une façon très profonde.

Le rapport réalisé a mis l’accent sur les divers dysfonctionnements et lacunes dont souffrent le secteur de la santé.

Plusieurs propositions et suggestions ont été révélé dont le but de réformer et de développer le système de santé au Maroc. Il est important de mettre faire un équilibrage entre les différents apports dudit rapport et les rapprocher au cadre conceptuel et théorique sur les systèmes de santé élaboré par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le rapport général sur le nouveau modèle de développement (NMD) met l’accent sur le grand chantier de la « couverture sanitaire universelle ».

Ce projet a pour objectif d’activer la réalisation de la couverture sanitaire et de remédier aux faiblesses et aux lacunes du système de santé actuel.

Le secteur de santé au Maroc : un secteur plein de disfonctionnements et de lacunes

Le secteur de santé au Maroc souffre de plusieurs problèmes et disfonctionnements, ce qui explique son état actuel d’après le rapport (NMD).

Selon le rapport, ces disfonctionnements résident dont le fait que l’Etat n’investit pas suffisamment dans ce secteur, qu’il existe un manque affreux au niveau des cadres soignants, que le processus de traitement et de prise en charge soit mal agencé et organisé et que la couverture maladie protège que peu.

Le secteur de santé au Maroc : les objectifs du chantier « couverture sanitaire universelle »

Dans le but d’assurer un système de santé de qualité dans toutes ses composantes, d’améliorer l’accès aux soins et aux traitements et d’augmenter la protection financière, le projet « couverture sanitaire universelle » est axé sur plusieurs objectifs, on peut citer :

  • Augmentation de la part de la population couverte pour les soins de santé les plus importants : 100% de la population bénéficiera de la couverture à l’horizon 2025 contre 65% à l’heure actuelle,
  • Réduction des dépenses directs de santé des ménages : les ménages supporteront 30% des dépenses totales de santé en 2035 contre 50% actuellement,
  • Accessibilité aux soins et aux traitements, l’optimisation du parcours du patient et la réduction des inefficiences et des inefficacités : ces objectifs permettent de réduire les délais de rendez-vous, les délais d’accès et de limiter le décombrement de certaines structures hospitalières.
  • Augmentation des cadres médicaux et paramédicaux,
  • Optimisation de la répartition des cadres médicaux et paramédicaux sur le territoire dans le but d’atteindre une densité de personnel soignant de 4.5 pour 1000 habitants à l’horizon 2035 ; 1.5 pour les médecins et 3 pour les infirmiers contre 2 pour 1000c habitants actuellement.

Incitation à la qualité des prestations et à la responsabilité de chaque personne qui travaille dans le secteur.